Validation des acquis de l’expérience : comment ça marche ?

Selon les lois régissant le Code du travail, tout individu a le droit de suivre une formation qu’il soit salarié ou non. L’une des formations ayant subi un remaniement dans la loi du travail est la VAE. La validation des acquis de l’expérience recèle cependant des points qui restent flous à la majorité des gens.

Qui peut bénéficier de la validation des acquis de l’expérience ?

La VAE est un diplôme ou une certification donnés, en totalité ou en partie, à un individu selon ses expériences professionnelles. Cependant, il faut que l’individu ait au moins exercé sur une période de un an au sein d’une ou de différentes entités avant de pouvoir bénéficier d’une VAE. Toutes les personnes exerçant dans le monde professionnel peuvent bénéficier de la VAE. De ce fait, les personnes exerçant dans le bénévolat et le volontariat peuvent en bénéficier même si elles ne perçoivent aucun salaire. De même, un individu ayant effectué des stages dans différentes entreprises peut également prétendre à une VAE. En revanche, il faut que la durée totale de ses stages soit supérieure ou égale à une année. Par ailleurs, l’obtention d’une validation des acquis de l’expérience ne prend pas en compte l’âge ni même la nationalité de l’individu en demande. À part cela, il faut aussi savoir que les athlètes professionnels peuvent également bénéficier d’une VAE.

Les démarches à entreprendre pour une VAE

Pour obtenir une VAE, l’individu doit se rapprocher de l’antenne VAE la plus proche de son lieu de résidence. L’inscription à une formation de validation des acquis de l’expérience débute par la spécification du type de diplôme que la personne préconise d’obtenir. Une fois le diplôme défini, l’établissement des différents dossiers nécessaire à l’inscription est la prochaine étape. À cet effet, le candidat devra compléter un document appelé Livret 1. C’est suivant ce document que l’organisme compétent validera ou non la candidature. Une fois cette étape franchie, il est nécessaire de fournir un second document appelé Livret 2 et dans lequel les compétences et parcours professionnels du candidat devront être mentionnés. Et c’est après analyse de ce dernier dossier accompagné d’un examen pratique et oral que le jury accordera ou non une VAE.

Comment financer les actions pour la VAE ?

Il faut savoir que dans le cadre d’un plan de développement des compétences, un salarié peut être déchargé de tout financement de sa formation VAE. Cette dernière étant principalement prise en charge par l’entreprise pour laquelle il travaille. De même, dans le cas d’un CPF ou compte personnel de formation, le salarié pourra obtenir un financement de sa formation VAE et bénéficier d’une somme réduite de 0,8 %. Par ailleurs, si la personne est en période de transition professionnelle, le montant qu’elle aura à payer pour sa formation VAE variera en fonction de l’accord entre elle et son employeur.